Till startsida
Webbkarta
Till innehåll Läs mer om hur kakor används på gu.se

Résumés

 

Le Ventre de l’Atlantique – entre la mer du Nord et la mer Baltique.
Le premier roman de Fatou Diome en traduction suédoise

Mattias Aronsson
Université de Dalarna - Suède

La présente intervention porte sur le premier roman de Fatou Diome : Le Ventre de l’Atlantique (2003) et sa traduction en suédois Atlantens mage (2010). Le roman raconte le parcours de Salie, une jeune femme originaire de l’île sénégalaise de Niodior mais installée depuis quelque temps en France – et les thèmes abordés incluent l’exil, l’identité, la xénophobie et les rapports postcoloniaux entre la France et le Sénégal. En conséquence, l’ouvrage est parfois cité dans le contexte de la littérature francophone moderne.

Nous discuterons les stratégies du traducteur suédois face à la prose de Diome. Y a-t-il des problématiques spécifiques en ce qui concerne la traduction de ce texte – étant donné qu’il s’agit d’une représentation d’un milieu géographique et culturel qui diffère considérablement de la France métropolitaine ? Nous nous demanderons si le fait que le « lecteur implicite » (voir Iser, 1976) soit francophone ou suédophone entraîne des différences importantes entre texte source et texte cible. Les aspects étudiés incluent les (éventuelles) pertes et omissions dans le texte traduit. Nous nous intéresserons à l’utilisation de paraphrases explicatives et à la présence de termes non-traduits dans le texte cible – ainsi qu’aux phénomènes de normalisation et de compensation que l’on peut parfois distinguer dans les traductions littéraires.

Oralité, trauma et traduction : une étude de la répétition dans Allah n’est pas obligé d’Ahmadou Kourouma

Kathryn Batchelor
University of Nottingham - UK

L’emploi d’éléments stylistiques basés sur la répétition est souvent interprété comme marqueur d’oralité dans l’œuvre d’Ahmadou Kourouma. Mais dans le contexte de son roman ultime, Allah n’est pas obligé, ces éléments peuvent également être compris comme marqueurs de trauma : la répétition peut par exemple être liée aux stratégies thérapeutiques basées sur la transformation de l’expérience traumatique en histoire racontée – et ce souvent à plusieurs reprises, ou bien au développement des schèmes internes compatibles avec les expériences traumatiques. Cet article propose donc une double lecture d’Allah n’est pas obligé, et tente d’unir les théories littéraires qui conçoivent la littérature africaine comme ‘traduction’ de l’oralité d’un côté, et les théories littéraires de ‘traduction’ du trauma de l’autre. Il examine ensuite les conséquences d’une telle lecture pour la traduction inter-linguistique et pour les théories postcoloniales de la traduction.

Une double consécration – une nécessité pour introduire un écrivain de langue française en suédois ?

Elisabeth Bladh
Université de Göteborgs, Suède

Cette intervention s'inscrit dans le courant sociologique de la traduction et prend son point de départ dans les travaux de Casanova (1999) et Heilbron & Sapiro (2002). Ces chercheurs ont soulevé que les flux traductionnels diffèrent selon que la littérature à traduire est celle d'une culture dominante ou dominée. Ainsi, la majorité des traductions se font dans la direction d'une culture dominante vers des cultures dominées. De même, afin de traduire entre deux cultures dominées il faudrait qu'une traduction existe déjà dans une langue dominante. Outre la valeur consécratoire d'une telle traduction, elle a une fonction pratique dans la mesure où les éditeurs d'une culture dominée ne maitrisent que très rarement la langue de l'autre culture dominée.

Dans un contexte suédois, Yvonne Lindqvist (2010) a introduit le terme « double consécration » comme une condition gouvernant la traduction entre les littératures outre-européennes et la Suède. Selon cette hypothèse, il faudrait qu'un texte francophone passe par deux instances consécratoires : d'abord par une publication de l'original en France et ensuite, à travers une traduction en anglais.

Vu que son étude ne traite qu'un seul cas (l'écrivain caribéen Maryse Condé), nous nous proposons ici d'appliquer son hypothèse sur un corpus plus large, c'est-à-dire les écrivains francophones introduits en suédois pendant la période 2000-2009. Dans un deuxième temps, nous proposons d'appliquer le même test à la littérature française pour la même période. En effet, la littérature française ne tient plus la position importante sur le marché du livre en Suède qu'elle avait autrefois (depuis les années 2000, il existe par exemple deux maisons d'édition se spécialisant sur la littérature de langue française). Serait-il donc possible que cette même « contrainte » régisse aussi bien une littérature « mineure » qu'une littérature « majeure » ?

Éléments biographiques

Casanova, P. (1999) La République mondiale des lettres. Paris : Éditions du Seuil.
Heilbron, J. & G. Sapiro (2002). Traduction : Les +echanges littéraires internationaux. Actes de la recherche en science sociale, 144.
Lindqvist, Y. (2010). « Ett globalt perspektiv på nutida svensk översättningskultur. System- och fältteori i praktiken ». In. Bladh, E. & C. Kullberg (red.), Litteratur i gränszonen. Transnationella litteraturer i översättning ur ett nordiskt perspektiv. Falun: Högskolan Dalarna.

Sur les échanges traductifs interfrancophones (Belgique et Suisse)
au XIXe siècle

Lieven D’hulst
KU Leuven - Belgique

Les études littéraires francophones s’attachent en priorité aux œuvres originalement composées en langue française, reléguant à l’ombre d’autres pratiques discursives comme les traductions à partir des langues étrangères. Or, tout porte à croire que ces traductions occupent une place non négligeable dans l’histoire des relations que les littératures francophones nouent avec d’autres littératures : les littératures en d’autres langues, bien entendu, mais également la littérature dite française. S’il est loisible de penser à ce propos que les rapports asymétriques entre la littérature française et les littératures francophones s’étendent aux traductions en langue française, ces dernières se prêtent moins aisément que des traductions françaises proprement dites aux démarches bi-relationnelles convenues (deux langues, deux littératures). C’est particulièrement le cas au XIXe siècle, qui voit apparaître des littératures nationales portées par plusieurs langues, celles-ci les obligeant à négocier des relations à plusieurs échelles (intranationale et transnationale).

Corrélativement, il faut couramment compter alors avec au moins trois types de traduction produits, édités ou diffusés au sein d’une littérature francophone ou au sein de littératures francophones limitrophes, telles qu’en l’occurrence les littératures belge et suisse : des extraductions d’œuvres francophones en d’autres langues (l’allemand, le flamand) ; des intraductions en français d’œuvres composées en ces langues ; la circulation de traductions francophones d’une littérature francophone à l’autre (on pourrait arguer ici de circulations « interfrancophones »). Les trois types de traduction attestent des enjeux subtils des politiques et poétiques francophones vis-à-vis des configurations géoculturelles et plurilingues qui caractérisent alors leurs deux littératures. L’exposé se centrera sur les intraductions et extraductions dans le genre poétique ainsi que sur la circulation transnationale des traductions poétiques.

Tintin en traduction : voies et voix du bruxellois

Rainier Grutman
Université d’Ottawa - Canada

Dans cette communication, je me propose de regarder de plus près la façon dont les traductions d’œuvres francophones (ne) gèrent (pas) la présence de l’altérité linguistique dans les versions originales. Cette altérité est aujourd’hui revendiquée dans bien des zones de la francophonie, plus particulièrement dans les anciennes colonies et dans les départements et territoires d’outre-mer, où le français interagit systématiquement avec des langues indigènes ou des créoles, mais de manière beaucoup plus discrète dans les littératures produites par des francophones « de souche » en Belgique, en Suisse ou au Canada.

Le dossier qui me servira de pierre de touche pour tester un certain nombre d’hypothèses est celui des Aventures de Tintin en traduction anglaise, néerlandaise, espagnole et italienne. Après un aperçu de la fortune et de la trajectoire internationales des albums des Tintin, je me concentrerai sur la traduction des albums qui ont assez largement recours au dialecte bruxellois, soit, dans l’ordre chronologique de leur publication originale : l’Oreille cassée, le Sceptre d’Ottokar, l’Affaire Tournesol et Tintin chez les Picaros… Le premier de ces albums est doublement intéressant : 1) parce qu’Hergé y met en scène une figure d’interprète (Ridgewell) et crée dès lors des scènes de traduction, qu’il s’agit de traduire… 2) parce que la langue des indigènes arumbaya (qui n’est autre que du bruxellois déguisé) reçoit un traitement tout à fait particulier dans la traduction britannique, ce qui met cette dernière dans une classe à part. Or, les mêmes traducteurs britanniques n’avaient vu que du feu dans le Sceptre d’Ottokar et ne proposeront pas non plus de nouvelle version de cet album, ce qui nous empêche de parler d’une véritable stratégie…

La traduction de la littérature québécoise en Italie et dans le monde hispanique

Louis Jolicoeur
Université Laval - Canada

La communication proposée vise à explorer le rôle des traducteurs littéraires dans la diffusion de la culture littéraire québécoise à l'étranger. L'hypothèse de travail est que non seulement les techniques de traduction utilisées, mais aussi les modes de sélection des œuvres à traduire, dépendent au premier chef des orientations idéologiques, du poids des cultures les unes par rapport aux autres, des décisions d'ordre éditorial et politique, et enfin des stéréotypes entretenus entre les cultures. La traduction, outre son objectif premier de préserver et de rendre compte des richesses et de l'attrait d'une œuvre en l'adaptant à un nouveau contexte culturel, est sans contredit politique : elle peut être source d'affrontements, de manipulation, voire de subversion, mais elle peut aussi contribuer à la diffusion de la culture entre les peuples. La traduction représente donc un facteur nullement négligeable dans la grande question de la diversité culturelle, en particulier pour la francophonie, dont la diffusion internationale peut également se faire par le biais de la traduction. La communication consiste entre autres en la mise en évidence de cette équation, à partir d'un état des lieux de la traduction de la littérature québécoise en Italie et dans le monde hispanique.

Le merveilleux voyage de Frantz Fanon à travers la Suède:
traductions et receptions (1962-2007)

Christina Kullberg
L'Université d'Uppsala - Suède

Dans cette communication nous allons examiner la réception et les traductions des textes de Frantz Fanon en Scandinavie, et plus particulièrement la Suède. Vu le nombre de traductions et l'impact de l'œuvre dans divers milieux intellectuels les cinquante dernières années, il faut constater que Fanon constitue un cas particulier dans l'histoire de la traduction francophone en Suède. D'après nous, on peut identifier deux phases de la réception suédoise de cet auteur. La première correspond à la traduction des Damnés de la terre dans les années soixante dans les cercles de la gauche radicale tandis que la deuxième coïncide avec la montée des études postcoloniales à la suite de l'importation de la "French Theory" vers la fin du millénium et tourne autour de la traduction de Peau noire, masques blancs. Nous proposons d'identifier les canaux centraux à sa réception et d'en analyser les enjeux, dans le but d'offrir, à travers l'exemple de Fanon, une étude au niveau micro de la circulation et de l'ancrage d'une œuvre au sein d'un système littéraire périphérique.

Trois décennies de traduction de la littérature francophone subsaharienne en Espagne : la permanence des « frontières ».

Claudine Lécrivain
Universidad de Cádiz

Dans cette communication, je me propose d’examiner la circulation et réception de la littérature francophone subsaharienne en traduction espagnole dans la péninsule ibérique. Je présenterai un bilan couvrant les 35 dernières années, au cours duquel je m’intéresserai aux idéologies mises en place lors la présentation de cette littérature pour un public non spécialisé, et plus particulièrement aux discours des maisons d’édition qui prennent en charge la publication de ces traductions et aux modalités de leur insertion dans les catalogues éditoriaux. Sur le marché mondial actuel d’échanges des biens symboliques, l’édition est l’un des principaux vecteurs de circulation internationale et les échanges transnationaux contribuent à configurer un espace où vont poindre certains enjeux, situés en grande partie hors du champ strict de l’écriture. Dans ce marché des biens symboliques émergent des hiérarchisations, des rapports de concurrence et de rivalité où la médiation éditoriale exprime certains conflits de pouvoirs d’une communauté littéraire, ses dilemmes et ses aspirations. Mon analyse prétend ainsi observer les modes de révélation ou d’occultation de l’altérité et de l’identité, les traces des constructions identitaires autour du ‘local’ et de l’’universel’.

De l’africain francophone en néerlandais par l’anglais ? Une analyse des flux traductionnels d’une littérature périphérique en une langue semi-périphérique

Katrien Lievois
Université d’Anvers (UAntwerpen) - Belgique

Un des apports importants du tournant de la sociologie de la traduction a été de montrer combien la traduction participe (et renforce) les rapports de force – inégaux – entre différentes langues et cultures. Heilbron, Sapiro et Casanova ont ainsi mis en évidence que les transferts culturels par les traductions se feraient avant tout dans la direction allant des littératures centrales vers les littératures périphériques. Dans leur définition des littératures et des langues (hyper)-centrales, ils insistent également sur le fait que fréquemment, on ne traduit vers une langue périphérique que lorsque les ouvrages ont déjà été traduits dans une langue centrale. Ainsi, ils affirment

Plus une langue est centrale, plus elle a la capacité de fonctionner comme langue intermédiaire ou véhiculaire. La traduction anglaise ou française d’un ouvrage norvégien ou coréen est aussitôt annoncée par son éditeur, qui sait que la traduction dans une langue centrale sera immédiatement suivie d’une vague plus ou moins grande de traductions dans d’autres langues. (Heilbron et Sapiro, 2007, pp. 3-4)

À partir du corpus des quelque 50 traductions néerlandaises de romans africains écrits en français (datant d’entre 1956 et 2011), j’aimerais évaluer et nuancer cette affirmation.
Les analyses proposées dans la cadre de la sociologie de la traduction partent en effet presque toujours de l’hypothèse de la relation biunivoque entre langues, littératures et pays. Sauf quelques exceptions, les langues transnationales, des pays multiculturels et les littératures postcoloniales ne sont généralement pas repris dans les cas de figure proposés et analysés. La littérature francophone africaine, même si elle est écrite dans une langue centrale, est à ce jour toujours largement considérée comme périphérique. La langue-cible de mon corpus, le néerlandais, est le plus souvent classée parmi les langues semi-périphériques.

Mon intervention aura donc pour but d’articuler les données de mon corpus aux traductions anglaises des romans africains francophones, en me basant essentiellement sur les apports dans ce cadre de Kathryn Batchelor (2009).

Éléments bibliographiques

Batchelor, Kathryn (2009). Decolonizing translation. Manchester, St. Jerome Publishing.
Heilbron, Johan, & Gisèle Sapiro (2007). Pour une sociologie de la traduction: bilan et perspectives CNRS-Centre de sociologie européenne.

En repérage de la honte. Les auteurs francophones rencontrent les critiques suédois.

Ylva Lindberg
Université de Jönköping - Suède

Cette étude fait partie du projet French Culture beyond National Borders. Transmission and Reception of French and Francophone Literature in Sweden – 1995-2015, en collaboration avec M. Cedergren (SU). Elle a comme point de départ le regard des critiques suédois sur la littérature francophone et subsaharienne traduite en suédois entre 1995 et 2014. Dans une étude pilote nous avons observé une oscillation dans la manière de situer certains auteurs, nés après 1965, qui tantôt sont ramenés vers une sphère culturelle du Sud, tantôt vers le Nord (Lindberg 2014). Cette ambiguïté est contrebalancée par une interprétation unanime du contenu. En effet, la honte surgit systématiquement dans les commentaires de la presse, tel un champ sémantique incontournable.

Dans la présente étude nous cherchons à mettre en lumière les différents embranchements du thème de la honte, tout en tentant une analyse de la conception de la culture que laissent entendre les écrits journalistiques. La critique dans la presse, notamment dans SvD et DN, mais aussi dans certaines revues, sera l’objet de l’analyse (Espagne 1999). Le thème de la honte sera analysé en parallèle avec les critères suivants : 1) présentation de l’auteur, 2) présentation du contexte de l’œuvre, 3) commentaires sur la langue et la traduction, 4) marqueurs de l’exotisme. De plus, si la précédente étude mettait au centre six femmes écrivains francophones, issues du continent africain, celle-ci inclut également les auteurs masculins, afin de repérer des variations dans l’évaluation de ces deux groupes (De Meyer & Kortenaar 2009 ; Helgesson 2011).

La méthode est en partie ancrée dans le cadre théorique et philosophique autour de la honte élaboré et testé par Z. Filipovic (2014), mais essentiellement fondé sur la définition de la littérature francophone de J.-M. Moura (1999). En outre, d’autres commentateurs de la francophonie littéraire interviennent pour cerner la perception suédoise du corpus, tels que Viart (2011) et Bladh & Kullberg (2011), de même que les auteurs publiés dans la collection « Francopolyphonies » chez Rodopi. La théorie embrasse également plusieurs analyses de la culture : nationale, globale, hybride et transculturelles (Acheraïou 2011 ; Bhabha 1994 ; Boli & Lechner 2005 ; Chirila 2012 ; Hebouche 2012).

Les résultats offriront une compréhension approfondie du thème de la honte, ainsi qu’une image des transformations de la littérature française, engendrées par les traductions et la critique au-delà des frontières françaises ou francophones (Broomans & Jiresch 2011). Enfin, ils mettront en évidence la nécessité d’une mise en garde dans l’application des théories postcoloniales.

Elements bibliographiques

Acheraïou, Amar, Questioning hybridity, postcolonialism and globalization. Houndmills, Basingstoke,
Hampshire: Palgrave Macmillan, 2011.
Babha, H. K., The location of culture, London: Routledge, 1994.
Bladh, E. & Kullberg, K (red.), Litteratur i gränszonen: Transnationella litteraturer i översättning ur ett nordiskt perspektiv, Falun: Högskolan Dalarna, 2011.
Boli, J. & Lechner, F., J., World Culture: Origins and Consequences, Oxford: Blackwell, 2005.
Broomans, P. & Jiresch, E. (red) The Invasion of Books in Peripheral Literary Fields: Transmitting Preferences and Images in Media, Networks and Translation, Groningen: Barkhuis, 2011.
Chirila, I. D., La République inventée : Littératures transculturelles dans la France contemporaine, Duke: Duke University Press, 2012.
De Meyer, Bernard & Kortenaar, Neil ten (eds.), The Changing Face of African Literature/Les Nouveaux visages de la littérature africaine, Rodopi, Amsterdam/New York, 2009.
Espagne, Michel, Les Transferts culturels franco-allemands, PUF, Paris, 1999.
Filipovic, Zlatan, “Ashamed of Who I Am: Levinas and Diasporic Subjectivity in Salman Rushdie’s Shame”,
Ethics and Poetics: Ethical Recognitions and Social Reconfigurations in Modern Narratives, Eds.
Margrét G. Champion and Irina R. Goloubeva, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars
Publishing, 2014.
Hebouche, N., L'individu et l'identité nationale: L'Echec de l'utopie collectiviste dans le roman francophone
contemporain, State University of New York: Buffalo, 2012.
Helgesson, Stefan, Exit: Endings and New Beginnings in Literature and Life [Elektronic resource], 2011.
Lindberg, Ylva, « Regard suédois sur les femmes écrivains de la francophonie », Médiations
interculturelles, Université de Stockholm, 2014. (in print)
Moura, Jean-Marc, Littératures francophones et théorie postcoloniale, PUF, Paris, 1999.

Traduction de la littérature maghrébine de langue française en Espagne.

Nahed Nadia Noureddine
College of New Rochelle – États-Unis

La théorie du polysystème, développée par l’École de tel Aviv, ne considère pas la traduction comme la confrontation de deux textes isolés, le texte de départ et le texte d’arrivée, mais étudie la culture dans laquelle s’inscrit le texte traduit, celle qui lui permet d’avoir une place, même secondaire, dans son champ littéraire. Le texte d’arrivée est le résultat de stratégies textuelles fortement liées à une tradition littéraire et à des normes d’acceptation imposées par la culture réceptrice. Ces normes, qui forment le polysystème, ne s’arrêtent pas aux aspects littéraires du texte traduit mais englobent les aspects politiques, économiques et idéologiques. La traduction est donc considérée comme partie intégrante de la culture réceptrice ; elle n’est pas une simple reproduction linguistique d’un texte écrit dans une langue étrangère.

En nous basant sur la théorie du polysystème, nous voudrions étudier la place qu’occupe la littérature maghrébine de langue française dans le champ littéraire espagnol. Étant périphérique ou « n’ayant pas encore atteint le même niveau de canonisation que la littérature française », la littérature maghrébine de langue française ne semble pas avoir les assises nécessaires pour s’intégrer dans de nouveaux champs littéraires grâce à la traduction. Convaincue du fait que l’analyse du corpus en traductologie doit prendre en compte non seulement les textes d’origine et les textes traduits, mais aussi les conditions institutionnelles de la traduction et les éléments idéologiques qui s’imposent au traducteur, nous voudrions étudier tous les facteurs qui peuvent influencer la diffusion et la réception des textes maghrébins de langue française traduits en espagnol et publiés en Espagne.

Afin d’étudier cette question, nous commencerons notre étude par la compilation de tous les ouvrages maghrébins de langue française traduits en espagnol. Cet inventaire nous permettra de dégager les données nécessaires pour comprendre comment et quelle littérature maghrébine de langue française est présentée au lecteur espagnol. Les données compilées nous permettraient donc de jeter un œil critique sur les genres choisis, les auteurs traduits, les traducteurs et les maisons d’édition qui prennent en charge la publication des textes maghrébins de langue française en Espagne.

Traduire une expérience algérienne: l'exemple de Maïssa Bey et de Nina Bouraoui

Ann-Sofie Persson
Université de Linköping - Suède

La communication envisagée pour ce colloque propose de se pencher sur deux auteures de langue française qui entretiennent un rapport privilégié avec l’Algérie. Étant donné l’histoire conflictuelle partagée par la France et l’Algérie, le rapport d’un écrivain d’origine algérienne à la langue française et arabe respectivement n’est jamais neutre. Dans certains cas le choix de la langue française s’impose faute de connaissances suffisantes en arabe, dans d’autres cas il s’avère inévitable pour des raisons politiques. Toujours est-il que l’expérience algérienne, qu’elle soit bi-lingue ou uni-lingue, se trouve marquée par la présence de ces deux langues. La traduction est pour ainsi dire une condition sine qua none de l’écriture, qu’elle s’opère lors de la rédaction du texte en français quand il s’agit de traduire une expérience vécue en arabe en français, ou qu’elle se place au niveau même du vécu grâce à l’intégration des mots et expressions d’une langue dans l’autre afin de désigner ce qui est autre.

Maïssa Bey (née en 1950) et Nina Bouraoui (née en 1967) écrivent en français et leur œuvre est (du moins partiellement) traduite en suédois. Alors que l’arabe est la langue maternelle de Bey, Bouraoui ne maîtrise pas suffisamment la langue de son père pour en faire sa langue d’écrivaine. En fait, elle dit ne pas la parler du tout. Cependant, l’arabe est présent dans l’écriture de Bouraoui de manières diverses. La communication proposée vise à élucider si et comment ces rapports différents vis-à-vis de l’arabe et du français au sein de textes écrits en français se traduisent dans un contexte suédois. Il s’agira de se plonger aussi bien dans les stratégies de traduction employées dans des cas précis que dans la réception des traductions de ces auteures en Suède.

La traduction en norvégien d'un texte doublement métissé : Soundjata ou l'épopée mandingue

Ingse Skattum
Université d’Oslo – Norwège

Un récit oral couché par écrit et, par la même occasion, traduit dans une langue étrangère, sera doublement métissé. C’est le cas de la littérature orale africaine publiée dans les langues des anciens colonisateurs. Je réfléchirai ici sur ma traduction dans une troisième langue, le norvégien, de la célèbre épopée de Soundjata, fondateur de l’Empire du Mali (XIIIe siècle). Transposée des traditions orales mandingues en français par Djibril Tamsir Niane (1960), elle a paru en norvégien sous le titre Sundjata. Manding-folkets epos (2014).

Le livre fait partie de la collection 'Textes sacrés du monde' (Verdens Hellige Skrifter), destinée au grand public. La maison d'édition recommande un choix lexical respectueux de l'époque et du contexte culturel et demande une introduction sur le fond culturel, tout en exigeant une syntaxe norvégienne fluide plutôt qu’une traduction fidèle au texte source.

Soundjata existe en de nombreuses versions écrites, mais aucune qui ne soit monolingue en mandingue (codifié en 1967 seulement, le mandingue est encore peu écrit). Niane écrit en français mais utilise un grand nombre de termes mandingues, explicités par des notes ou des « coussins » dans le texte. L'un des défis de la traduction a consisté à transposer en norvégien ces termes, de les « décoloniser » de l’orthographe fortement francisée (qui fait obstacle au lecteur norvégien) en adoptant l’orthographe officielle (proche de la prononciation). Il a aussi fallu adapter les notes au public norvégien, moins au fait des réalités africaines que les lecteurs d’un pays au passé colonial. Le style est, de plus, marqué par l'oralité, déjà difficilement transposable à l’écrit en français, et plus encore en traduction norvégienne « fluide ».

Si j'ai profité de mes connaissances de la langue et de la culture mandingue ainsi que de mes études sur le passage de l'oral à l'écrit, l'approche cibliste de l'éditeur comme aussi de l'«auteur» n'a pas permis une traduction sourcière telle que prônée par les théories postcoloniales.

Texte africain en français sur le chemin du slovène: analyse topologique de la situation de traduction

Katja Zakrajšek
Université de Ljubljana - Slovénie

Les tournants culturel et postcolonial en traductologie ont vu se développer une réflexion fructueuse sur des thèmes comme l’altérité, l’asymétrie de pouvoir, les usages de la traduction dans la culture cible etc.; parallèlement, au sein des études francophones, l’on s’est penché sur la position des écrivains francophones vis-à-vis le français et sur les stratégies d’écriture qui en découlent, ainsi que sur la position structurelle (périphérique) de leurs productions littéraires au sein du système francophone supranational. Ce qui paraît avoir été moins étudié, c’est la traduction de ce type de littératures « périphériques » dans une grande langue (en l’occurrence, le français) vers des langues cibles elles aussi périphériques.

Je propose donc d’analyser la configuration qui comprend a) une langue source de grande diffusion, notamment le français; b) une position littéraire source périphérique au sein du système littéraire de la langue source; et c) une langue cible de status périphérique. Cette situation sera étudiée à partir d’un cas précis, celui de la traduction de romans africains francophones vers le slovène et les usages qu’en peuvent faire les lecteurs cible. Une attention particulière sera accordée au rôle de la traduction littéraire au sein de la littérature cible et à ses implications pour la pratique et la théorie de traduction dans ce contexte, afin d’éclairer les possibles et les contraintes spécifiques de la traduction de romans africains francophones (avec leurs stratégies linguistiques et culturelles) vers le slovène. En effet, dans cette situation structurelle, le traducteur se trouve devant deux exigences apparemment contradictoires, toutes les deux justifiées par la politique de résistance aux effets centripètes de langues et cultures dominantes qu’épouse la traductologie postcoloniale: traduction non assimilatrice du texte source francophone; résistance du texte cible vis-à-vis la langue source (le français). Il est pourtant souvent possible de trouver un équilibre pratique entre les deux, en soumettant les différentes composantes linguistiques du texte aux traitements différents.

Puisque, d’une part, une partie importante de la production littéraire contemporaine est produite à partir de positions (semi-)périphériques dans des grandes langues internationales, et que, d’autre part, nombre de petites langues connaissent une activité vigoureuse de traduction littéraire en leur direction, de telles situations de traduction sont loin d’être une curiosité traductologique. Les pratiques de traduction qui s’y élaborent méritent attention comme un facteur important dans la circulation internationale de littératures francophones au-delà de leur(s) lectorat(s) en français.

Responsables

Elisabeth Bladh, Département Langues et Littératures, Université de Göteborg - elisabeth.bladh@sprak.gu.se

Katrien Lievois, Département Traducteurs et Interprètes, Université d’Anvers – katrien.lievois@uantwerpen.be

Sidansvarig: Fredrik Fällman|Sidan uppdaterades: 2015-03-06
Dela:

På Göteborgs universitet använder vi kakor (cookies) för att webbplatsen ska fungera på ett bra sätt för dig. Genom att surfa vidare godkänner du att vi använder kakor.  Vad är kakor?

Denna text är utskriven från följande webbsida:
http://sprak.gu.se/forskning/konferenser/la-litterature-francophone-2015/resumes/
Utskriftsdatum: 2019-11-13