Till startsida
Webbkarta
Till innehåll Läs mer om hur kakor används på gu.se

Participants

Excursion à Tjolöholms slott

 

Mattias Aronsson est maître de conférences et enseigne le français à l’Université de Dalarna (Suède). Son domaine de recherche est la littérature contemporaine (XXe et XXIe siècles) Thèse de doctorat soutenue à l’Université de Göteborg (Suède) : La thématique de l’eau dans l’œuvre de Marguerite Duras (Acta Universitatis Gothoburgensis, 2008).

Kathryn Batchelor est professeur de traductologie et d’études francophones à l’Université de Nottingham au Royaume-Uni. Parmi ses publications récentes: Decolonizing Translation: Francophone African Novels in English Translation (2009); Translating Thought/Traduire la pensée (Nottingham French Studies 49.2, 2010, avec Yves Gilonne); Intimate Enemies: Translation in Francophone Contexts (2013, avec Claire Bisdorff). Ses recherches actuelles portent sur les relations de traduction et d’échange culturel entre la Chine et l’Afrique (Building Images: Exploring 21st Century Sino-African Dynamics Through Cultural Exchange and Translation), et sur les traductions des œuvres de Frantz Fanon en plusieurs langues (Frantz Fanon in and through Translation).

Elisabeth Bladh est maître de conférences à l’Université de Göteborg, où elle enseigne la traduction (français – suédois), la linguistique française et des cours de langue de français. Après avoir soutenu une thèse sur la traduction de la Bible (2003), elle s’intéresse depuis 2006 à la traduction en suédois de la littérature francophone. Elle détient actuellement un poste de chercheur académique financé par la Fondation de Knut et Alice Wallenberg.

Lieven D’hulst est docteur en philologie romane (KU Leuven, 1982) et professeur à la même Université depuis 2000. Il est comparatiste et historien de la traduction et s’intéresse de près aux sujets suivants : les littératures francophones des 19e et 20e siècles (singulièrement la Belgique et les Caraïbes) ; l’historiographie de la traduction littéraire de langue française (France et Belgique) et l’étude des transferts culturels. Il est l’auteur et l’éditeur d’ouvrages et d’articles sur ces sujets ; par exemple Cent ans de théorie française de la traduction (Presses universitaires de Lille 3, 1990), Les études littéraires francophones, état des lieux (Presses du Septention, 2003 (en coll.)), Caribbean Interfaces (Rodopi, 2007 (en coll.)) ; Histoire des traductions en langue française. 19e siècle (Verdier, 2012 (en coll.)), Essais d’histoire de la traduction. Avatars de Janus. (Classiques Garnier, 2014). Il est membre du comité éditorial de plusieurs revues internationales, dont Target. International Journal of Translation Studies, et co-directeur de la collection « Traductologie » d’Artois-Presses-Université. Il siège depuis 2010 au Bureau du Conseil de recherche de la KU Leuven.

Rainier Grutman, professeur ordinaire à l’Université d’Ottawa (Canada), a étudié la linguistique et les littératures romanes aux universités de Namur, Louvain (KUL), Madrid et Montréal. Auteur d’un livre sur le plurilinguisme dans la littérature québécoise (Des langues qui résonnent, Montréal, 1997), il a codirigé un Dictionnaire des termes littéraires chez Champion (2001) et une volumineuse Histoire de la littérature belge chez Fayard (2003). Il a publié de nombreux travaux, concernant tantôt la littérature française, tantôt les littératures francophones, tantôt encore la sociologie de la traduction ou l’autotraduction, phénomène qui fait l’objet de ses recherches les plus récentes.

Louis Jolicœur est écrivain, traducteur, interprète et professeur de traduction à l'Université Laval. Il a écrit un essai sur la traduction littéraire (La sirène et le pendule), un récit sur la ville de Grenade (Le Siège du Maure), le roman Le masque étrusque, des recueils de nouvelles, dont Saisir l'absence, qui a été finaliste au Prix du gouverneur général en 1995. Ce recueil ainsi que d'autres ouvrages ont été traduits au Mexique et en Espagne. Il a en outre publié une dizaine de traductions, surtout de l'espagnol. Il a écrit des articles et donné des conférences en différents endroits, en particulier sur la traduction littéraire et la littérature québécoise.
http://www.lli.ulaval.ca/le-departement/personnel/professeurs/jolicoeur-louis/

Christina Kullberg est maître de conférences et chercheur à l’Université d’Uppsala où elle travaille sur un projet portant sur la relation de voyage missionnaire aux Antilles du début de la colonisation française (1635-1667). Kullberg est spécialiste en littératures francophones antillaises et son dernier livre The Poetics of ethnography in Martinican Narratives : Exploring the Self and the Environment a été publié chez University of Virginia Press en 2013. Elle a traduit des ouvrages du français au suédois et espère pouvoir lancer un nouveau projet sur la traduction des pièces de théâtre françaises en Suède pendant la deuxième moitié du dix-huitième siècle.

Claudine Lécrivain est maître de conférences à l’Université de Cadix (Espagne), où elle enseigne la traduction générale et spécialisée (français – espagnol), ainsi que le français sur objectifs spécifiques. Ses recherches s'articulent autour de trois axes: 1. traductions des textes littéraires francophones (Maupassant, Breton, Péret, Desnos, Eluard, Césaire, Scutenaire…) 2. aspects culturels de la traduction (proverbes, adaptation culturelle) 3. histoire de la traduction (réception en Espagne des écrits littéraires francophones (Goncourt, Mallarmé, écrivains de l’Afrique subsaharienne). Elle s’intéresse également au phénomène des migrations dans la littérature francophone marocaine. Elle appartient au groupe de recherche Literatura, Imagen, Traducción de l'Université de Cadix.

Katrien Lievois est chargée de cours dans le Département des Traducteurs et Interprètes de la Universiteit Antwerpen (Université d’Anvers, Belgique). Elle y enseigne des cours de langue et de civilisation françaises et anime l’axe « Littérature et/en Traduction » au sein du groupe de recherche TricS - Translation, interpreting and intercultural Studies. Ses travaux portent sur la pseudo-traduction, la traduction du texte postcolonial, ainsi que sur la traduction de l’ironie et de la satire dans la littérature française et francophone. Elle est rédacteur en chef de la revue Linguistica Antverpiensia NS – Themes in Translation Studies (lans-tts.uantwerpen.be) et membre du comité de lecture de plusieurs revues (traductologiques).

Ylva Lindberg est maître de conférences en littérature, habilitée à la recherche à l’université de Jönköping en Suède. Elle enseigne le français, la littérature comparée, la communication interculturelle et la didactique du suédois. Ses recherches littéraires se résument par un intérêt aussi bien pour des paramètres immanents du texte, que pour des paramètres externes, par exemple le contexte de l'œuvre et la réception. Dans le premier cas des théories structuralistes entre jeu, et dans le dernier, le post colonialisme et la théorie du genre.

Nahed Noureddine est professeure de français et d’espagnol au College de New Rochelle, à New York. Elle s’intéresse à la traduction de la littérature maghrébine de langue française en Occident. Elle a soutenu une thèse de doctorat à l’Université Laval, à Québec, intitulée Traduction et réception de la littérature maghrébine de langue française en Espagne. Elle a publié quelques articles dans ce champ de recherche comme « Étude lexicale de la traduction du roman Les yeux baissés de Tahar Ben Jelloun » publié dans l’ouvrage collectif Traduire, interpréter.


Ann-Sofie Persson est maître de conférences à l’Université de Linköping où elle enseigne la littérature française et francophone ainsi que la littérature comparée. Elle a soutenu sa thèse de doctorat en français à l’Université de Ohio State en 2001. Ses recherches portent essentiellement sur l’écriture autobiographique de Maryse Condé, Marie Cardinal, Leïla Sebbar, Nancy Huston, Nina Bouraoui, Gisèle Pineau, Yanick Lahens et Dany Laferrière.

Ingse Skattum est professeure émérite en études francophones et ancienne responsable des études africaines à l'Université d'Oslo. Ses recherches portent sur le passage de l'oral à l'écrit en général et plus particulièrement sur la littérature orale d'Afrique et la littérature africaine écrite d'expression française. Linguiste de formation et munie d'un certificat d'études mandingues, elle a dirigé un projet sur l'enseignement bilingue au Mali (1995-2007) et aussi un projet sur le français oral en Afrique (2007-2011). Elle a traduit deux textes métissés (français/mandingue) en norvégien : Les Soleils des indépendences d'Ahmadou Kourouma et Soundjata ou l'épopée mandingue, couchée par écrit et traduite en français par Djibril Tamsir Niane.

Katja Zakrajsek est doctorante en littérature comparée à l’Université de Ljubljana et traductrice indépendante. Elle a traduit en slovène, entre autres, Allah n’est pas obligé de A. Kourouma, Soundjata de Dj. T. Niane et Riwan ou le chemin de sable de Ken Bugul, et publié plusieurs articles sur la traduction de textes francophones (« Traduire le roman africain francophone en slovène », Alternative Francophone vol. 1, 3(2010) ; « Texte postcolonial et sa traduction », Discours et écritures dans les sociétés en mutation. Itinéraires et contacts de cultures 39 (2007)).

Responsables

Elisabeth Bladh, Département Langues et Littératures, Université de Göteborg - elisabeth.bladh@sprak.gu.se

Katrien Lievois, Département Traducteurs et Interprètes, Université d’Anvers – katrien.lievois@uantwerpen.be

Sidansvarig: Fredrik Fällman|Sidan uppdaterades: 2016-04-29
Dela:

På Göteborgs universitet använder vi kakor (cookies) för att webbplatsen ska fungera på ett bra sätt för dig. Genom att surfa vidare godkänner du att vi använder kakor.  Vad är kakor?